ARTICLE


[ Retour ]

Baba Aroudj

C'est sous les Zirides issus des Fatimides, qu'un retour à l'orthodoxie apparut, au XI° siècle, et jusqu'en 1602 ils firent face à l'avancée des nomades, ils donnèrent à l'Algérie son cadre citadin et moderne, fondant et développant trois villes : Alger, Miliana et Médéa. Puis de retournement en retournement, venant du Khalife du Caire qui lança les Beni Hilal, terribles tribus nomades sur les villes d'Ifriqiya qu'ils saccagèrent, puis s'insinuèrent parmi les tribus berbères formant des îlots éliminant et supplantant les tribus berbères par les Beni Slyem près de Dellys, les Beni Hossein dans la région de Zekri-Rouma et disparurent les Berbères d'Azeffoun à la Tunisie, le long de la mer. Ce fut le règne des Almoravides, tribu nomade du Sahara, qui étendit son pouvoir jusqu'à l'Espagne, dans un mode de pensée proche du Malékisme absolu. A nouveau, dit Jean Servier, une prospérité matérielle engendra la décadence de l'Islam, et la Berbérie voulut rétablir son ordre premier. Le Mahdi vint de Nedroma, qui finit par écraser les Hilaliens, le pouvoir Almoravide tomba laissant la place aux Almohades.
Les tentatives du Comte normand Roger II de prendre pied en Ifriqiya, pour régner sur le commerce maritime échouèrent, il avait mis fin au règne des Zirides. Sur les ruines de l'empire Ziride, une dynastie nouvelle naquit avec les Zenata, avec pour capitale Tlemcen, tout près de la Pomaria romaine. Tlemcen sut résister à tous les sièges.
Les Espagnols occupaient certains ports et en faisaient des places fortes. Alger était un port de corsaires, avec la chute de Grenade en 1492, un afflux de population maure se faisait sentir. En 1513, un corsaire turc, Baba Aroudj, fut appelé à la rescousse, pour les sortir les musulmans des griffes espagnoles. Mais rapidement, les Algérois constatèrent que les turcs n'avaient pas d'état d'âme, la pression fiscale se faisait plus dure encore.
Baba Aroudj se fait proclamé sultan par ses soldats. Les espagnols poursuivent leurs affrontements et s'allient aux Beni Amer de Aïn-Témouchent, « la Source des chacals » et infligent à Aroudj une cinglante défaite, il fut tué en 1518 à Aïn-Témouchent. Barberousse succède à Aroudj, à qui est conféré le titre de pacha et celui de Belebey. Seule la Kabylie lui inflige un échec, l'obligeant à abandonner Alger. En 1542, le Turc Hassan Pacha conquiert la région et repousse les Beni Amer vers l'oued Senane, où ils tentent de contenir les tribus provenant du Maroc.

(29-09-07) ^